Image: Réfugiés en macédoine,  août 2015, foot Georgi Licovski / EDA
Macédoine, foto: Georgi Licovski/EDA, nzz.ch 23.8.15

L'immigration

 

L'UE ne cesse de souligner l'importance des valeurs européennes communes des Lumières, comme la dignité humaine, les droits de l’homme et la démocratie.

 

Nulle part ailleurs n’existe-t-il une meilleure occasion pour l'Union de mettre en évidence l'importance de ces valeurs que dans sa politique d'immigration, en particulier avec la façon dont elle traite les réfugiés fuyant les guerres et les persécutions dans le Moyen-Orient et en Afrique, mais aussi avec l’application de la libre circulation des citoyens au sein de l'UE.  

 

Les pays membres ne sont pas d'accord du tout, notamment sur l’immigration, à cause de leurs intérêts et expériences différents et des nombreuses questions sociales et économiques qui se posent dans ce contexte, par exemple, concernant l'intégration, le chômage, l'abus de la sécurité sociale et le besoin d’infrastructures dans les pays d'immigration, mais aussi à cause de la perte des gens les plus qualifiés dans les pays d'émigration (au sein et en dehors de l'Europe), ce qui affaiblit leur développement économique et social tellement nécessaire.


1.  Les réfugiés et l'asile

 

Quelle politique l’UE devrait-elle poursuivre, selon vous, en matière des réfugiés et de l’asile ? Vous êtes invités à voter en choisissant une des positions suivantes (questionnaire, question 6):

  


1. UE: Mon pays doit participer à une politique intégrée des réfugiés de l’UE qui doit la renforcer, centraliser et étendre, si possible, à toute l’Europe. Il faut surtout un système de quotas coercitifs pour l’allocation des réfugiés aux Etats membres et la protection des frontières extérieures par l’UE.

 

Le nombre des réfugiés arrivant en Europe doit être réduit par des mesures dans les pays d’origine et de transfert, notamment avec la Turquie (soutien financier et négociations sur son adhésion à l'UE).

 

2. Souveraineté nationale: Mon pays doit lui-même exercer le contrôle de ses frontières et décider sur son immigration, p.ex. en définissant chaque année, selon le système de points australien, le nombre et le genre des immigrants qu’il désire, et en renvoyant les réfugiés non désirés à leur lieu d'origine.

 

3. Référendum: Mon pays participera à une politique européenne pour les réfugiés commune, par référendum, p.ex. sur un accord bilatéral, qui définira ses contributions: nombre des réfugiés, contrôle des frontières, mesures dans les pays d'origine e de transfert, etc..

 

4. Réfugiés bienvenus: J'aimerais une Europe ouverte pour tous les réfugiés. Vous pouvez aussi déclarer être prêt à accueillir un réfugié chez vous (question 5 du questionnaire).


2.  Libre circulation des personnes

 

Comment la libre circulation des personnes dans l’UE doit-elle être réalisée, selon vous? Choisissez une des positions suivantes (questionnaire, question 7)

 

"Bruxelles": Il ne faut pas toucher la libre circulation des personnes dans l'UE, condition importante pour le marché unique européen. Les dispositions contre l'abus des services sociaux par des immigrants sont possibles.

 

Position des adversaires de l’UE (p.ex. l’UKIP): Chaque pays doit pouvoir déterminer lui-même sa politique d'immigration et donc aussi l'immigration de citoyens de l'UE.