· 

Votez pour votre Europe sur www.our-new-europe.eu !

 

Brexit, Grexit, des animosités, des citoyens frustrés, l’euroscepticisme en hausse et une crise permanente de l'UE - tout cela appelle à un débat fondamental des citoyens dans toute l'Europe sur l'avenir de notre continent, pour trouver une voie vers une Europe commune libre, démocratique et prospère. «Our New Europe» invite les citoyens dans 51 pays européens à participer à ce débat et à voter pour leur nouvelle Europe.

 

Jusqu'ici, il n'y a jamais eu de référendum à l'échelle de l'UE, demandant aux citoyens de donner leur avis, et encore moins de décider sur l'avenir de l'Europe. Pire encore, les résultats de certains référendums nationaux concernant l'UE ont même été ignorés, par exemple en 2005, lorsque les citoyens français et néerlandais ont rejeté le "Traité établissant une Constitution pour l'Europe", qui en gros a par la suite tout de même été mis en vigueur comme Traité de Lisbonne. Il est temps que l’Europe prenne ses citoyens au sérieux.

 

 

Un débat de fond au lieu d’exercices de brigades de feu permanentes

 

La question principale est: Les Européens veulent-ils au fond s’engager pour l'Europe? Ont-ils le courage et la confiance en eux-mêmes, comme citoyens éclairés et émancipés, pour concevoir leur nouvelle Europe, ou préfèrent-ils laisser l'avenir de notre continent essentiellement dans les mains des politiciens, comme jusqu'à maintenant?

 

Quelle démocratie les citoyens veulent-ils: "Le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple» d'Abraham Lincoln, ou seulement des élections européennes tous les cinq ans? Veulent-ils avoir leur mot - ou même le dernier mot – à dire dans leur Europe, par exemple sur le transfert de compétences à l’UE, ou sur l'admission de nouveaux pays membres? Une nouvelle constitution européenne devrait-elle être adoptée de la même manière que le Traité de Lisbonne, ou plus démocratiquement, par un conseil constitutionnel, élu par le peuple; et ensuite mise en vigueur par référendum dans chaque pays membre?

 

Quelle Europe les Européens veulent-ils: Une union de plus en plus centralisée, politiquement intégrée, ou plutôt une Europe plus décentralisée, variée, fédérale, pour  sauvegarder sa formidable richesse culturelle et politique? Les pays membres devraient-ils être relégués à exécuter les décisions de «Bruxelles», ou devraient-ils pouvoir décider par principe eux-mêmes et autant que possible?

 

Que signifie la subsidiarité: Est-ce que c’est seulement un beau principe, souvent cité; ou est-ce une répartition des tâches, selon la quelle la responsabilité se situe par principe au niveau de la plus petite entité capable de résoudre les problèmes? Est-ce que  "Bruxelles" devrait réglementer les détails de la vie quotidienne des citoyens dans toute l'Europe, ou seulement ce qui est absolument nécessaire, mais certainement pas ce que les pays membres peuvent faire aussi bien ou même mieux que l’Union.


 

Quel avenir pour l'Europe?

 

«Our New Europe» invite les citoyens de tous les pays européens à voter pour l'un des scénarios suivants:

 

1. L’UE renforcée ou "En avant comme toujours!":"Bruxelles" continue à propager son «avenir sans alternative», une Union de plus en plus centralisée, politiquement intégrée et plus grande (finalement les Etats-Unis d’Europe), mise en œuvre, comme jusqu'ici, sans référendum à l’échelle de l'UE, c’est-à-dire sans donner la dernière parole aux citoyens.

 

2. L'UE réduit ou "Retour au libre-échange!": Les adversaires de l'UE, par exemple le United Kingdom Independence Party (UKIP), veulent que leur pays se retire de l’UE - ou qu’il n’y adhère pas, s’il n’est pas encore membre - afin qu'il puisse décider de manière indépendante de ses lois, y compris sur l’immigration, et signer des accords de libre-échange avec tous les pays du monde.

 

3. L’UE transformée ou "Europe à géométrie variable»: Des critiques, sceptiques mais aussi des sympathisants de l'UE, par exemple le Premier ministre britannique Cameron, proposent une Europe flexible et subsidiaire, proche de ses citoyens, de sorte que chaque pays puisse décider par référendum à adhérer soit à un noyau politiquement intégrée de l'UE, ou au marché commun européen ou à un vaste zone de libre-échange, ouverte à tous les pays européens entre Reykjavik et Vladivostok.

 

Ces scénarios ont une portée spécifique pour chaque pays. Pour la Grèce p.ex., le scénario 1 implique le maintien du pays dans la zone Euro, de plus en plus intégrée politiquement, le scénario 2 la sortie de l’UE et le scénario 3 la sortie de la zone Euro mais pas de l’UE; alors que pour l’Ukraine, le scénario 1 signifierait l'adhésion à l'UE, le scénario 2 un partenariat avec la Russie, le scénario 3 l'Ukraine comme un pont neutre entre Orient et Occident, pratiquant le libre-échange avec l’UE et la Russie.

 

 

La confiance dans les citoyens responsables et émancipés

 

«Our New Europe" est un test pour la démocratie dans toute l'Europe. Il vise à susciter parmi les citoyens un vaste débat sur l'avenir de l’Europe, auquel chaque pays peut apporter son expérience unique. Ce débat fondamental pourrait initier un processus de bas en haut, transformant la frustration des citoyens en enthousiasme, surmontant la crise de l'UE et son déficit démocratique et conduisant à une Europe commune plus souple et durable, démocratique, prospère et forte, une Europe des citoyens, avec les citoyens, par les citoyens et pour les citoyens.

 

«Our New Europe" ne peut réussir que si les citoyens dans tous les 51 pays en ont connaissance, s’ils votent massivement sur www.our-new-europe.eu et s’ils utilisent leurs réseaux pour motiver leurs amis à participer aussi, déclenchant ainsi une avalanche de participants (effet boule de neige). L'avenir de l'Europe est dans les mains de ses citoyens!

 

 

Tous les citoyens - satisfaits et enthousiasmés, mais aussi frustrés, révoltés et résignés par l'UE - sont invités à s'engager pour leur Europe sur www.our-new-europe.eu !

Write a comment

Comments: 0